Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn

En septembre dernier, un décompte de l’AFP nous apprenait que 28% des conseillers municipaux FN élus en mars 2014 avaient démissionné de leur poste, soit de l’ordre de 400 sur 1500. Certains ont été remplacés par d’autres conseillers FN, d’autres, environ 13%, préféraient siéger désormais à titre individuel ou pour d’autres formations. 

France Inter s’est intéressé aux villes de Cogolin (83), Marseille (13) et Hayange (57). «Dictature», «clientélisme» mais aussi «projet immobilier» à la Balkany sont évoqués.

Cogolin : encore deux démissions et il faudra revoter

A Cogolin, on ne compte pas moins de dix démissions dans l’équipe du maire Marc Etienne Lansade, proche de Marine Le Pen. Anthony Giraud, un militant local, raconte que «pas un seul conseil municipal sans un projet immobilier, sans projet de vente». Le maire est selon lui «en train de dilapider le peu de biens communaux que Cogolin possède».

Marc Etienne Lansade, maire de Cogolin - ThePrairie.fr !

Marc Etienne Lansade, maire de Cogolin – ThePrairie.fr !

Et qui pour conseiller l’idylle en matière d’urbanisme ? Un cousin d’Isabelle Balkany, ancien directeur de la société d’aménagement de Levallois-Perret, ville des époux Balkany et des scandales judiciaires à répétition.

C’est aussi dans cette ville qu’il y a quelques mois, un élu avait été censuré en plein conseil municipal par le maire qui ordonnait à la police de lui prendre son micro.

Si le maire perd encore deux élus, il n’aura plus la majorité et des élections devront à nouveau être organisées…

A Marseille, cumul des mandats et dictature

Le maire du 7ème secteur de Marseille est Stéphane Ravier qui est aussi sénateur, ce fameux cumul des mandats contre lequel peste les Le Pen depuis des décennies, du moins quand ils ne sont pas concernés mais autre sujet !

Stéphane Ravier, maire 7ème secteur Marseille - ThePrairie.fr !

Stéphane Ravier, maire 7ème secteur Marseille – ThePrairie.fr !

Là-bas, l’AFP relève une dizaine de démissions dont l’adjointe aux finances Maria Mustachia : «Je me suis aperçue au fil des mois que la situation se dégradait. Les projets n’ont pas été mis en application. La Mairie centrale nous a retiré un demi-million d’euro sur notre budget de fonctionnement car le taux de réalisation était le plus bas de tout Marseille. Rien n’avait été fait ! Je n’étais plus informée des réunions, plus conviée. Nous nous sommes retrouvés avec des dossiers imposés. Des validations de vote imposées. Stéphane Ravier a décidé de prendre tout en main. C’est même plus autoritaire, c’est de la dictature».

Stéphane Ravier devient «le dictateur nord phocéen».

A Hayange, bidouillage à chaque élection

A Hayange, on ne présente plus le maire FN Fabien Engelmann sur qui porte des accusations de comptes de campagne frauduleux lancée par celle qui était son adjointe Maria Da Silva. 

Fabien Enghelman, maire de Hayange - ThePrairie.fr !

Fabien Enghelman, maire de Hayange – ThePrairie.fr !

On se souvient de cet homme venu interrompre une interview donnée par le monsieur pour lui réclamer son argent.

==> «C’est quand que tu me rends mes sous que je t’ai prêtés pour la campagne», lançait d’emblée l’homme.

==> «Si, si. Bah j’ai les factures, il n’y a pas de problème», renchérissait-il. «Par contre faudra penser à me les rendre. […] Je veux mon fric. Tu as eu du fric en campagne que tu n’as pas déclaré. Je veux mon fric.» L’homme avait ensuite menacé de diffuser des preuves de ce qu’il avançait.

==> Il s’était ensuite présenté au journaliste : «Au fait je me présente : je suis le mari de la première adjointe [Marie Da Silva], grâce à qui il a obtenu son poste, avec mon fric, qu’il a du mal à rendre».

Libération avait publié des enregistrements détaillant les micmacs du maire frontiste en guerre avec son ex-adjointe.

Selon l’édylle, une «simple erreur technique» aurait conduit à l’invalidation de ses comptes de campagne, un peu comme Copé et Sarkozy avec Bygmalion… Ah les erreurs techniques, c’est fou quand même.

Selon Libération, Engelmann n’en serait pas à son coup d’essai : candidat FN lors des législatives de 2012, il s’était brouillé avec des militants frontistes. L’un d’eux l’accusait : «Les comptes ont été validés, la fraude était bien camouflée. […] J’ai découvert lors d’une soirée arrosée qu’il avait demandé à Patrice Philippot – devenu son mandataire financier aux municipales de 2014 – de créer une auto-entreprise [immatriculée en mai 2012, ndlr] pour facturer au mandataire financier les distributions de tracts, village par village, alors même qu’il n’a ni permis de conduire ni voiture ! Il y en avait pour 9 000 euros environ, que l’Etat a remboursé.»

Le militant concluait par : «Il bidouille tellement qu’à chaque élection, il repart avec une nouvelle équipe pour ne pas être rattrapé par ses mensonges.»

Ce qui est rassurant, c’est que le FN n’a rien à envier au PS ou au RPR/UMP/LR niveau magouilles. La normalisation de ce côté est plutôt réussie.

D’ailleurs même à la tête du parti



Retrouvez la prairie sur fb/ThePrairie.fr et @ThePrairieFr



N’hésitez pas à partager l’article avec les boutons ci-dessous

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn