Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn

 

Ne plus devoir «pointer» 6 mois en France

Des milliers de combattants venus d’Afrique demandent depuis des décennies leur naturalisation. Aujourd’hui, François Hollande, à quelques jours de la fin de son quinquennat, a finalement accordé leur nationalité française à 28 «tirailleurs sénégalais» comme on les nommait, même si cette appellation regroupait des combattants provenant de toutes les colonies françaises d’Afrique occidentale. 

Parmi les 28 naturalisés du jour, on trouve donc 23 Sénégalais, deux Congolais, deux Centrafricains et un Ivoirien, tous nés entre 1927 et 1939 et vivant majoritairement en région parisienne.

Certains ont combattu dans les rangs de l’armée française en Algérie, d’autres en Indochine.

Ils ne pouvaient pas jusque là s’installer dans leurs pays d’origine au risque de perdre leur pension de retraite à la différence d’un retraité français qui peut lui aller vivre à Marrakech sans problème.

Aïssata Seck, adjointe à la mairie de Bondy, à l’initiative d’une pétition signée par 60 000 personnes l’an dernier, rappelle que même s’il s’agit d’un acte symbolique fort, il rendra donc la vie plus pratique à ces Africains qui se sont battus pour la France et qui pourront «retourner tranquillement dans leurs pays d’origine sans être obligés de faire six mois en France», comme l’y oblige la réglementation pour les retraités non-français.

Ce n’est qu’un début dit-elle : «Les 28 en tout cas ont eux leur décret de naturalisation et la centaine de dossiers que j’ai reçus sont en cours d’instruction.»

Délégation reçue à l'AN, décembre 2016 - ThePrairie.fr !

Délégation reçue à l’AN, décembre 2016 – ThePrairie.fr !

Revalorisation des pensions et retraites en 2006

En 2006, après la sortie du film Indigènes de Rachid Bouchareb, un premier pas avait été fait avec la revalorisation des retraites et pensions des soldats venus d’Afrique ont été revalorisées.

«Il faut que des cinéastes viennent faire prendre conscience à nos politiques qu’il faut simplement mettre l’Histoire à l’endroit. Normalement, ce serait le rôle de nos hommes politiques. On se retrouve, à chaque fois, par rapport à l’Histoire coloniale, dans ce décalage entre les attentes de la société et les faits de l’Histoire. Nous n’avons même pas encore un musée d’histoire coloniale pour rendre hommage à ce passé, pour mieux faire connaitre cette histoire pour les enfants de France», affirme l’historien Pascal Blanchard dans une interview à France Info.

Chronologie, site RFI - ThePrairie.fr !

Chronologie, site RFI – ThePrairie.fr !

200 000 lors de la Première guerre mondiale 

Lors de la Première guerre mondiale, ils étaient 200 000. Le 16 avril 1917, ils font partie des 850 000 hommes de l’armée française engagée dans l’offensive Nivelle sur le Chemin des Dames dans l’Aisne. Le Général Mangin, à la tête de la 6e armée, envoie les bataillons de tirailleurs sénégalais en première ligne. A la fin de cette journée effroyable, des bataillons entiers de tirailleurs sénégalais sont décimés. Près de 1400 d’entre eux sont tombés sous le feu des mitraillettes allemandes.

Dix jours plus tard, l’offensive n’est toujours pas terminée. 30 000 soldats de l’armée française dont 7500 tirailleurs sénégalais soit environ 45% des effectifs, sont morts depuis le début de l’opération.

Le député sénégalais Blaise Diagne qualifiera de «boucher» et de «broyeur de Noirs» le général Mangin qui sera plus tard remplacé.

La Provence libérée en 13 jours en 1944

Le 15 août 1944 a lieu le débarquement allié en Provence, prélude à la fin de l’occupation allemande. L’opération, connue sous le nom de «Anvil-Dragoon», avait mobilisé 900 000 hommes au total dont 250 000 Français de l’armée B, placée sous les ordres du général Jean de Lattre de Tassigny.

La moitié des troupes françaises étaient issues des anciennes colonies : tirailleurs sénégalais et algériens, goumiers et tabors marocains, pieds-noirs, marsouins du Pacifique et des Antilles.

La Provence sera libérée en 13 jours…

Tirailleurs africains - ThePrairie.fr !

Tirailleurs africains – ThePrairie.fr !

Opération de blanchiment des troupes 

Pour la dernière étape de la Libération, les soldats noirs seront remplacés par des soldats blancs : les soldats des troupes coloniales sont contraints de donner armes, vêtements et bagages à des jeunes soldats des forces françaises intérieures.

L’état major de l’armée française décide qu’il faut célébrer la victoire sans les Africains : «le Sénégalais s’est déshabillé en gardant le caleçon long», «nous on a enlevé nos petits trucs civils et on a remis le pantalon du Sénégalais», raconte un jeune appelé «blanc».

Les soldats africains seront ensuite envoyés dans des camps de transit insalubres.

Le 1er décembre 1944, au camp militaire de Thiaroye, près de Dakar, ils sont des centaines à réclamer les primes qui leurs sont dues. Les autorités françaises répriment la révolte dans le sang.



Retrouvez la prairie sur fb/ThePrairie.fr et @ThePrairieFr



N’hésitez pas à partager l’article avec les boutons ci-dessous

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn