Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn

« Un délire mystique »

Le 3 octobre dernier, un agent administratif de la préfecture de police de Paris tuait quatre de ses collègues dont trois policiers. Cet acte avait très rapidement été qualifié de terroriste et mis la France en émoi. Une longue séquence médiatique sur l’Islam et les Musulmans s’en était suivie. 

Ce lundi 28 octobre, sur twitter, Jean-Charles Brisard, président du Centre d’Analyse du Terrorisme et enseignant à Sciences-Po Strasbourg affirmait que ce n’était pas un attentat. Il citait alors des sources proches de l’enquête.

Ce mercredi 30 octobre, France inter confirmait l’information. Selon le média, le geste du meurtrier serait d’abord lié à « un délire mystique et suicidaire », sur fond de frustration professionnelle, aggravée par son handicap de surdité.

Aucun lien n’a par ailleurs été trouvé avec une organisation terroriste.

Surnommé Bernardo

Au lendemain du drame, des articles évoquaient pourtant déjà le mal-être de cet informaticien embauché à la préfecture de police en 2003.

Libération expliquait qu’il était surnommé « Bernardo » par certains collègues car malentendant à 70 %, comme le serviteur muet et prétendument sourd de Zorro. Il avait alors l’impression d’être mis à l’écart en raison de son handicap et de ne pas avoir l’avancement qu’il estimait mériter.

Une société de vigilance

Rappelons que ce qui était alors présenté comme un attentat a eu des conséquences graves pour la cohésion du pays.

Le 7 octobre, lors d’un discours hommage aux quatre tués, Emmanuel Macron appelait à une société de vigilance, une société de délation ont dit certains :  

« Professeurs, fonctionnaires, médecins, bénévoles associatifs sont unis partout dans les lieux les plus sensibles de la République pour prévenir, détecter, agir contre la radicalisation […]. Une société de vigilance, voilà ce qu’il nous revient de bâtir », avait déclaré le Président de la République.

Le lendemain, son ministre de l’intérieur listait les signes de radicalisation, des signes qui se résumaient à dénoncer tout musulman pratiquant.

Son ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer demandait quant à lui de dénoncer les enfants en primaire qui refusaient de tenir la main de petites filles. Il ajoutait ensuite, même si c’était légal, qu’il n’est pas souhaitable de porter le voile en France.

Un mois de haine islamophobe…

On allait alors assister à un torrent de haine contre les musulmans et plus particulièrement contre les femmes voilées. Lors d’une séance au conseil régional Bourgogne-Franche-Conté, un élu FN agressera une maman devant son fils donnant alors le point de départ de la surenchère anti-voile.

Sur LCI, le journaliste Yves Thréard affirmera le plus naturellement du monde qu’il déteste la religion musulmane.

Sur LCI toujours, Olivier Galzi, autre journaliste, comparera le voile à un uniforme SS.

Sur RMC, Zohra Bitan parlera de la couleur du voile portée par les femmes comme un signe de radicalisation.

Aurore Bergé, porte parole du mouvement En Marche, dira qu’elle votera une loi qui interdirait aux accompagnatrices scolaires de porter le voile.

Sur CNews, Pascal Praud fera des heures d’antenne sur le voile avec un Philippe Bilger au sommet de sa forme.

Ce sont plus de 80 débats sur le voile qui seront organisées sans aucune femme voilée

  • Faut-il interdire le voile dans l’espace public, CNEWS
  • Voile : acte de foi ou acte politique, LCI
  • Réformer l’Islam ou le combattre, CNEWS
  • Doit-ont interdire le voile en sortie scolaire, BFMTV
  • Voile : contraindre ou convaincre, BFMTV
  • Voile : le gouvernement est-il ambigu, LCI

Il y a deux jours, une mosquée sera victime d’un attentat. Un ancien candidat FN essayera de mettre le feu à une mosquée et de brûler vif un homme dans sa voiture. 

Deux fidèles sont aujourd’hui toujours à l’hôpital.

Et un entretien pour un journal d’extrême droite pour terminer

Aujourd’hui, on apprend que le président de la République a accordé un entretien au journal d’extrême-droite Valeurs Actuelles, un journal qui fait tout pour promouvoir le vivre ensemble comme le montrent ses Unes…

Unes de Valeurs Actuelles

Unes de Valeurs Actuelles

 



Retrouvez la prairie sur fb/ThePrairie.fr et @ThePrairieFr



N’hésitez pas à partager l’article avec les boutons ci-dessous

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn