Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn

Le laboratoire français BioMérieux a annoncé dans un communiqué avoir reçu de la part des autorités américaines l’autorisation de produire dans sa filiale, BioFire Defense, basée à Salt Lake City, un nouveau test de diagnostic du coronavirus SARS-CoV-2.

Ces nouveaux tests, nommés BIOFIRE COVID-19, produisent leur résultat « en environ 45 minutes à partir d’un prélèvement nasopharyngé réalisé avec un écouvillon », affirme le communiqué.

Ils seront destinés en priorité au marché américain, et plus particulièrement au Département de la défense des Etats-Unis. Ils seront ensuite disponible à l’international quand les autorités réglementaires le permettront.

Communiqué BioMérieux

Communiqué BioMérieux

Sébastien Nadot, député de la dixième circonscription de Haute-Garonne, s’interroge : « Nous avons voté une loi, la loi d’urgence sanitaire autorisant des réquisitions de tous biens et services nécessaires pour mettre fin à la catastrophe sanitaire. Ma question es simple : qu’attendons nous pour réquisitionner l’industrie pharmaceutique et la mettre intégralement au service de notre pays ».

Beaucoup de monde s’interroge en effet depuis quelques jours en France sur la capacité du gouvernement à prendre toutes les mesures nécessaires pour gérer cette crise.

Rappel : 
– l’Etat n’aurait pas donné son aval à des industriels français pour produire des respirateurs
– Un généticien propose des tests, l’administration refuse
– La société Prolaser propose 500 000 masques par jour. Les autorités tardent à répondre…

 



Vous êtes maintenant plus de 70 000 à nous suivre sur notre page facebook ThePrairie.fr.
Nous en sommes fier et vous remercions de votre fidélité.
Nous avons lancé une page Tipee pour que vous puissiez nous aider à développer ce média indépendant et donc si vous souhaitez y contribuer, vous pouvez faire un don sur tipeee.com/theprairiefr/


Retrouvez la prairie sur fb/ThePrairie.fr et @ThePrairieFr


N’hésitez pas à partager l’article avec les boutons ci-dessous

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn