Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn

Charlie Hebdo et sa Une immonde, une de plus…

Cette fois, la cible est Edwy Plenel, le directeur de publication de Mediapart.

Son tord ? Avoir été Charlie en ne participant pas à la censure général de Tariq Ramadan. Il ne fait en effet pas très bon dans le pays qui se gargarise de liberté d’expression d’inviter ou de s’exprimer aux côtés de l’intellectuel suisse. Depuis que des accusations de viol sont lancées contre lui, ceux qui l’ont rencontré doivent s’excuser.

Les mêmes qui criaient à la présomption d’innocence le matin pour leurs amis ont dans ce cas déjà jugé. Comme le dit Pascal Boniface dans un tweet, vous pouvez avoir rencontré à de nombreuses reprises DSK sans qu’on ne vous demande jamais de comptes. Mais il suffit d’avoir parlé une fois avec Tariq Ramadan pour que vous soyez responsables des accusations portées contre lui.

Dans sa dernière édtition, le tristement célèbre Charlie Hebdo a donc tout simplement accusé Edwy Plenel d’avoir couvert les prétendus crimes de Tariq Ramadan. Rien que ça !

Dans l’émission Quotidien diffusée sur TMC, le journaliste Fabrice Arfi «indigné, et en colère» répond et rappelle que personne n’avait publié «une seule enquête sur les soupçons d’agression sexuelle et de viol [concernant Tariq Ramadan]». 

Tout en rappelant «la liberté absolue » da la caricature, Fabrice Arfi ajoute que « la caricature, il y a des messages derrière» :

  • «Une caricature d’un Juif qui aime l’argent, c’est une caricature. Mais il y a un message qui est problématique.»
  • «Une caricature qui dirait que les Musulmans sont des terroristes, c’est une caricature. Mais il y a un message qui est problématique.»
  • «Une caricature qui dit qu’une rédaction a étouffé des viols, des crimes, c’est un message problématique.»
  • «Une caricature qui dit qu’Edwy Plenel tient en laisse les Kouachi et les lâche sur Charlie Hebdo…»

 



Retrouvez la prairie sur fb/ThePrairie.fr et @ThePrairieFr



N’hésitez pas à partager l’article avec les boutons ci-dessous

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn