Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn
Valls, MeltingBook.com - ThePrairie.fr !

Valls, MeltingBook.com – ThePrairie.fr !

Nous vous proposons un article de Karima Mondon, professeure de lettres, publié initialement sur meltingbook.com et reproduit ici avec l’aimable autorisation de l’équipe du site.

L’enseignante a été contactée par les équipes de L’Emission politique afin de débattre avec Valls mais a décliné l’offre. Elle explique ici pourquoi. 

Selon elle, le format proposé offre «un boulevard pour les politiques qui peuvent ensuite se targuer de dialoguer avec la société» car il «stérilise les nuances du monde pour offrir des stéréotypes : les chômeurs, les femmes voilées, les jeunes»

Un texte intéressant qui pose la question de savoir si 10 minutes dans 2 heures d’émission suffisent pour permettre un vrai débat ou s’il ne s’agit là que, comme le dit l’auteure de cet article, d’être des «archétypes» ou des alibis.

Karima Mondon, MeltingBook.com - ThePrairie.fr !

Karima Mondon, MeltingBook.com – ThePrairie.fr !

L’ensemble du texte ci-dessous 

Pourquoi alors vous en parler ? Juste pour vous faire traverser le rideau et nous installer dans les coulisses de ce petit théâtre de marionnettes.

Courant décembre, je suis contactée par une journaliste de l’émission politique pour précisément «débattre» avec M Valls. La journaliste m’explique le format et le concept de l’émission car je n’ai pas la télé et je ne l’ai donc jamais vue cette fameuse émission.  Nous échangeons par téléphone, puis par courriel.

Je ne remets pas en cause la bonne foi de la journaliste qui croit donner la parole à, je vous le donne en mille : la femme voilée. Eh oui, l’équipe de l’émission politique ne m’a pas contactée pour donner la parole à une citoyenne, une militante associative, une parente, une éducatrice, non, non je suis la femme voilée.

J’ignorais que femme voilée était devenu un nouveau segment de la société française, une sorte de classe socio-professionnelle que l’on nous aurait cachée jusqu’ici. Comme je l’ai déjà écrit ici dans un article de Libération la femme voilée n’existe pas.

Si je ne remets pas en cause la bonne foi de la journaliste, je m’oppose, en revanche, à ce type de format, qui donne la part belle aux politiques et réduit les citoyens à des archétypes. Ces formats qui stérilisent la pensée et empêchent tout débat.

Ces formats qui répondent aux agendas des médias et des politiques mais qui ne prennent absolument pas en compte les besoins et les rythmes des vrais gens, dans le vrai monde. Ce ne sont pas les journalistes qui devraient nous «offrir» cinq minutes de paroles pour servir de faire valoir aux hommes politiques. C’est nous qui devrions convoquer les hommes politiques pour leur demander des comptes sur leur gestion des affaires, leurs actions…

Ces formats qui reposent sur un présupposé – le spectateur ne comprend pas la complexité du monde – stérilisent les nuances du monde pour offrir des stéréotypes : les chômeurs, les femmes voilées, les jeunes…Un boulevard pour les politiques qui peuvent ensuite se targuer de dialoguer avec la société (sic).

Ces formats ne servent pas le débat démocratique. Ils contribuent, au contraire à l’atomisation de la société, à la fragmentation des luttes qui font le lit des populismes et enrichissent l’ultra-libéralisme.

En effet, chaque division se transforme en une niche économique et rend vaine la convergence des luttes. Or, c’est dans cette convergence que réside l’espoir.

Je refuse cette assignation à n’être que la femme voilée, le jeune, le chômeur, le gréviste….

Concernant France 2, la journaliste m’indique que la ligne éditoriale de l’émission vise à écouter les discours de l’invité et voir quel segment de la population française serait le plus touché par le projet politique du candidat reçu afin de le confronter à eux.

C’est là que le bât blesse : ce n’est pas une catégorie de Français qui va être touchée, ce sont les Français qui vont être atteints par les politiques proposées.

Lorsque l’humain n’est pas au centre des priorités politiques, nous sommes collectivement en danger. C’est donc collectivement que nous devons agir.

Cessons de faire le jeu du cirque médiatique qui nous écarte des vrais enjeux, qui nous empêche d’avancer, qui nous paralyse.

Cessons d’accepter le dépeçage des composantes de notre identité. Cessons de n’être que des ombres à qui l’on impose une forme et devenons acteurs/actrices, avec nos propres règles du jeu.

Renversons les codes, inversons les pratiques et construisons un monde qui nous ressemble dans lequel nous pouvons être qui nous sommes.

Je n’ai donc pas débattu avec Manuel Valls car il ne joue qu’à domicile et ça ce n’est pas très fair-play !

J’ai entendu en revanche dans son discours qu’il n’avait toujours pas oublié le New York Times. Cet article où des femmes européennes et voilées répondaient, notamment, aux propos de Manuel Valls selon qui «Marianne n’est pas voilée parce qu’elle est libre».

Valls, si vous nous lisez, nous organiserons volontiers un débat avec les concernées, mais ce sera un match à l’extérieur. Chiche ?

Karima Mondon

 



Retrouvez la prairie sur fb/ThePrairie.fr et @ThePrairieFr



N’hésitez pas à partager l’article avec les boutons ci-dessous

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn