Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn

A chaque semaine son sketch des députés En Marche.

On a eu droit aux pauvres petits députés En Marche affamés qui doivent manger des pâtes.

On a eu droit aux pauvres petits députés En Marche qui n’ont pas assez de sous pour se loger. Il a fallu leur donner 1200 € en plus par mois.

On a eu droit à cette pauvre petite députée qui doit payer une nounou (comme le font des Français tous les jours).

Cette fois, les pauvres petits députés En Marche ont peur pour leur vie de famille : ils bosseraient tellement que ce serait problématique pour leurs conjoints respectifs. Selon le député François-Michel Lambert, «on est parti pour un nombre de divorces sans précédent». L’intensité du rythme de travail imposé créerait de fortes tensions dans la vie privée des élus, rapporte ce mercredi L’Opinion.

Bruno Bonnell, autre député En Marche, explique qu’à «Noël, il va y avoir beaucoup d’ultimatums familiaux, genre ‘si tu y retournes, je te quitte’».

Olivier Véran abonde : «Je demande des sacrifices à mon entourage. Les vacances familiales de la Toussaint, c’était sans moi. Et à Noël, j’ai encore la tête dans le budget».

Larmes de bébé - ThePrairie.fr !

C’est quand même dingue tous ces députés qui découvrent la vraie vie des gens, ces gens qui payent leur nourrice, qui font avec leur salaire pour s’héberger et se nourrir, qui parfois doivent sacrifier des vacances avec leurs enfants parce que leur boss leur dit qu’un client attend une proposition rapidement.

Ce sont ces mêmes députés qui bien sûr votent pour baisser les aides au logement des plus démunis, qui votent pour faciliter le licenciement d’un salarié qui n’aura pas été assez productif parce qu’il voulait lui aussi passer des vacances en famille ou qui proposeront de geler l’augmentation du SMIC…

Et comme le rappelle l’ex-députée Isabelle Attard : «Personne ne les a forcés à être candidat à la députation».

 



Retrouvez la prairie sur fb/ThePrairie.fr et @ThePrairieFr



N’hésitez pas à partager l’article avec les boutons ci-dessous

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn