Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn

Les journées passent et se ressemblent pour Monsieur «une affaire par jour». Il est devenu une usine à casseroles à lui tout seul. Les citer toutes en devient fatiguant.

Mais il s’accroche parce que sans lui chez LR c’est le chaos qu’il a dit. Pour le coup il n’a pas vraiment tord. Si la mafia LR s’était entendue rapidement sur un candidat de remplacement, on parlerait aujourd’hui programmes et non affaires. Mais entre Sarkozy qui aurait voulu placer ses hommes pour remplacer Fillon ou Juppé qui aurait aimé voir tous les cadres du parti descendre à Bordeaux pour lui essuyer les chaussures et le supplier de monter les sauver à Paris, ils ont finalement gardé François…

Du coup, chacun de ses déplacements ressemble à un concert sauf que seuls les porteurs de casseroles prennent du plaisir.

Ce weekend, il était au Pays-Basque : quelques ustensiles de cuisine pour l’accueillir mais aussi des jets d’œufs et de tomates. 

Début mars, c’était à Micropolis Besançon ou encore à  Orléans. En février, le monsieur était en représentation à Tourcoing, à Poitiers, sur l’île de la Réunion et à Athis-Mons.

Ce matin, c’est au Croisic (Loire-Atlantique) qu’il avait décidé de se rendre. Mais plutôt que d’être une nouvelle fois humilié, il a préféré changer de train pour semer les manifestants qui l’attendaient à la gare

«Plus ils manifesteront, plus les Français me soutiendront», avait commenté le candidat de la droite lors de sa visite de ce weekend.

Quand Valls avait pris une gifle, il avait déclaré qu’on l’agressait parce qu’il pouvait gagner…

Oui, ces gens là vivent définitivement dans un autre monde. 

 

 



Retrouvez la prairie sur fb/ThePrairie.fr et @ThePrairieFr



N’hésitez pas à partager l’article avec les boutons ci-dessous

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn