Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn

Hier soir, France 2 diffusait une interview du Président de la République enregistrée mardi dernier. On s’attendait bien evidemment à des questions sur l’actualité comme les inégalités qui s’aggravent dans le monde depuis 30 ans, la montée de l’extreme-droite en Autriche qui a obtenu trois grands ministères (intérieur, affaires étrangères, défense) ou encore le CETA ou ce qu’il va changer dans nos vies.

On aurait pu aussi parler de l’éducation et de la sélection à l’université mais aussi des problèmes dans les hôpitaux.

Mais non, Laurent Delahousse a servi de faire-valoir pour un Président en pleine campagne de séduction des Francais. Le «journaliste» de France 2 a été absolument exceptionnel. Jamais on avait vu un tel aplatventrisme devant une personnalité politique

Le journaliste de Reuters Michel Rose qualifie même cette interview de «Deferential French journalism at its worst» : «Le pire du journalisme français complaisant [lèche-botte, servile]».

Les réactions politiques sont tout aussi sévères à l’égard de Laurent Delahousse comme celles du sénateur socialiste David Assouline ou du député de la France insoumise Eric Coquerel.

Alexis Corbière et Clémentine Autain, autres députés insoumis, reviennent sur les sujets qui auraient dû être évoqués.

Bruno Retailleau, sénateur LR, parle d’un clip de promotion.

Et de nombreux anonymes sont choqués par la complaisance de cette interview…

C’est triste à dire mais Macron a bien raison sur une chose : le service public de l’audiovisuel est «la honte de la République».



Retrouvez la prairie sur fb/ThePrairie.fr et @ThePrairieFr



N’hésitez pas à partager l’article avec les boutons ci-dessous

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn