Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn

De 28-29% à 22-23% d’intentions de vote

Depuis quelques semaines, les sondages en faveur de Marine Le Pen s’effritent. Les intentions de vote sont passées de 28/29% à 22/23%. Dans un texte publié sur le site Challenges, Bruno Roger-Petit propose une analyse. Il s’agirait selon lui de la conséquence d’une campagne ratée, des affaires judiciaires et du missile envoyé par Philippe Poutou lors du grand débat des candidats à l’élection présidentielle.

«L’immigration. Et encore l’immigration. Et toujours l’immigration» : et si finalement les Français étaient «avertis que l’origine des problèmes qu’ils rencontrent dans leur quotidien ne soient pas tous liés à la seule cause de l’immigration», écrit l’éditorialiste. L’analyse d’un sondage du 12 avril 2017 montre en effet que seuls 13% des personnes interrogées estiment que la candidate FN proposerait le meilleur projet pour la France.

Sondage Elabe - 12 04 2017 - ThePrairie.fr !

Sondage Elabe – 12 04 2017 – ThePrairie.fr !

Et donc une grande partie de son propre électorat ne la juge pas crédible : «Sortir de l’Europe. Abandonner l’Euro. Il n’est que les électeurs les moins avertis des complexités du monde pour gober le grand mensonge lepéniste visant à convaincre que l’enfermement et le repli sur un marché national étriqué seraient de nature à redonner du travail à l’ensemble de la population».

Parmi les cinq grands candidats, elle est la seule dont la «présidentiabilité» n’est pas en adéquation avec les intentions de vote mesurées par les sondages en vue du premier tour, «comme si une moitié de son électorat ne se faisait aucune illusion sur sa compétence», insiste Roger-Petit.

Une conséquence du «missile Poutou»

Il s’agirait selon lui aussi d’une conséquence des attaques de Philippe Poutou et de sa désormais célébrissime formule sur «l’immunité ouvrière» dont lui ne bénéficie pas quand Le Pen se plait à ne pas se rendre aux convocations du juge au nom de son «immunité parlementaire», une «profiteuse du système» donc, comme François Fillon.

Car même si elle n’a pas eu le même traitement médiatique que le PenelopeGate du candidat LR, «il se peut que l’affaire des assistants du Parlement européen ait infusé dans l’opinion, de manière invisible», suppose Bruno Roger-Petit.

FN et assistants parlementraires - ThePrairie.fr !

FN et assistants parlementraires – ThePrairie.fr !

Électeurs non avertis, il y a quelques jours, on apprenait qu’un assistant parlementaire FN n’avait pu produire qu’un seul SMS pour prouver la réalité de son travail effectué pour son employeur, le député européen et vice-président du Front national, Louis Aliot (compagnon de Marine Le Pen)…

Sans Sarkozy, Copé et Valls

La polémique sur le Vel d’hiv aurait achevé la candidate du FN qui par cette simple déclaration venait donc rappeler ce qu’était son parti malgré 10 ans de tentatives de normalisation, «d’arnaques» diront certains, de «gaullisation» par Florian Philippot. 

Marine Le Pen et la rafle du Vel d'Hiv - ThePrairie.fr !

Marine Le Pen et la rafle du Vel d’Hiv – ThePrairie.fr !

Il fallait remobiliser les troupes autour du racisme, le fond de commerce lepeniste depuis des décennies. Il fallait une polémique pour revenir aux vrais valeurs du parti. «Nicolas Sarkozy, Jean-François Copé et Manuel Valls n’étant pas là, le débat porte sur l’économique et le social et non sur les burkinis», écrit Nicolas Lebourg dans un article où il revient sur un auxiliaire de la rafle du Vel d’hiv devenu plus tard le numéro 2 du FN.

Rappelons que Valls désormais surnommé «le traître» pour avoir manqué à sa parole donné lors des primaires, avait affirmé en juin 2015 que l’islam serait «un enjeu électoral». Un an plus tard, il avait abondé en parlant cette fois de «bataille culturelle et identitaire» : «bien sûr, il y a l’économie et le chômage, mais l’essentiel, c’est la bataille culturelle et identitaire.»

Sans adversaires obnubilés par l’islam, Marine Le Pen est donc au pied du mur. Il faut parler économie et chômage, des domaines qu’elle est loin de maîtriser, des domaines sur lesquels elle est malheureusement très peu interrogée aussi…

Plus de 50% de son électorat potentiel en serait donc conscient et se prononcerait en sa faveur non par adhésion comme on semble vouloir le faire croire mais par rejet d’un système. Un autre candidat pourrait en profiter…

 



Retrouvez la prairie sur fb/ThePrairie.fr et @ThePrairieFr



N’hésitez pas à partager l’article avec les boutons ci-dessous

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn