Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn
World Trade Center - ThePrairie.fr !

World Trade Center – ThePrairie.fr !

A chaque attentat, on entend les mêmes experts et les mêmes politiciens nous expliquer qu’on n’en fait pas assez contre le terrorisme, qu’il faudrait au mieux fermer les frontières et au pire enfermer tous les fichés S.

Il suffit d’un mort à cause de l’acte d’un fou qui s’est improvisé vengeur de tous les musulmans opprimés du monde alors que ce même fou cuvait encore les litres d’alcools qu’il avalait quelques jours auparavant dans une boite de nuit qu’il venait de rejoindre après un séjour en prison pour braquage, et toutes les mosquées que cet illuminé n’avait jamais fréquentées deviennent la cible de tous les adeptes de la politique de la peur.

Ce fou fera relativement peu de victimes, n’endommagera pas les infrastructures de son ennemi et pourtant, il réussira à déclencher les flammes de l’enfer contre les pays au nom desquels il prétend agir. Dans un rapport publié en 2015 par trois associations internationales, on pouvait lire que la «guerre contre le terrorisme» avait tué depuis 2001 plus d’1.3 millions de civils, dont plus d’un million en Irak.

Nombre de morts suite au 11 septembre 2001 - ThePrairie.fr !

Nombre de morts suite au 11 septembre 2001 – ThePrairie.fr !

Si après chaque attentat, on revient sur le profil des terroristes, on n’évoque en effet que très rarement dans les analyses que le Moyen-Orient est devenu le repère de tous les terroristes du monde parce qu’un certain Bush accompagné de son Blair, avaient décidé de le détruire. On n’évoquera que très peu également cette Lybie devenue aujourd’hui «le plus grand maelstrom terroriste», pour paraphraser le député Alain Marsaud, parce qu’un certain Sarkozy a décidé d’aller tuer Kadhafi pour des raisons loins d’etre celles avancées à l’époque par son ami BHL, comme le révélait un rapport de la la commission parlementaire des Affaires étrangères britannique.

On préferera utiliser ce mort pour promulguer de nouvelles lois, pour stigmatiser, pour détourner, pour alimenter la politique de la peur, cette stratégie militaire consistant à «modifier la situation politique en répandant la peur plutôt qu’en provoquant des dommages matériels», selon le chercheur Yuval Noaj Harari.

Yuval Noah Hariri - ThePrairie.fr !

Yuval Noah Hariri – ThePrairie.fr !

Fin mars 2016, au lendemain des attentats de Bruxelles, ce spécialiste des croisades, docteur en sciences médiévales et diplomé d’Oxford faisait parvenir au site l’Obs une réflexion sur «le théâtre de la terreur» qu’il intitulait «la stratégie de la mouche».

Selon lui, un «terroriste ressemble à une mouche qui veut détruire un magasin de porcelaine» mais qui en est incapable à cause de sa petite stature. L’insecte décide alors de trouver un éléphant pour pénétrer son oreille dans laquelle il «bourdonne jusqu’à ce qu’enragé, fou de peur et de colère, ce dernier saccage la boutique».

«C’est ce qui est arrivé au Moyen-Orient ces dix dernières années», conclut-il alors dans son exemple. Saddam Hussein n’aurait jamais pu être renversé sans l’aide de l’éléphant américain qui s’est énervé le jour où la «mouche s’est infiltré dans ses grandes oreilles qu’étaient les tours du World Trade Center.

Le chercheur explique dans son texte que «pour l’Européen moyen, McDonalds est un danger bien plus sérieux que l’État islamique», que le terroriste n’inflige que très peu de dégats avec ses quelques attaques au regard de guerres conventionnelles mais qu’il espère que «sous le coup de la peur et de la confusion, [l’Européen] réagira de façon disproportionnée et fera un mauvais usage de sa force préservée» en déclenchant «une tempête militaire et politique bien plus violente que celle que [lui-même aurait] jamais pu soulever».

La stratégie de la mouche - Yuval Noah Harari - ThePrairie.fr !

La stratégie de la mouche – Yuval Noah Harari – ThePrairie.fr !

Pour répondre à cette mise en scène orchestrée par les terroristes, l’universitaire insiste sur le fait qu’il «faut prendre conscience que rien de ce que les terroristes font ne peut vraiment nous détruire» et que «c’est nous seuls qui nous détruisons nous-mêmes, si nous surréagissons et donnons les mauvaises réponses à leurs provocations».

Pourquoi les autres violences de la société ne bénéficient-elles alors pas du même traitement médiatique ou politique alors qu’elles font bien plus de victimes ? Yuval Noaj Harari explique que c’est parce que «la légitimité de l’État moderne se fonde sur la promesse de protéger l’espace public de toute violence politique».

En France, plus de mille cas de viols sont signalés chaque année aux autorités, sans compter les milliers de cas qui ne font pas l’objet de plaintes», ajoute-t-il mais «les violeurs et les maris abusifs, au demeurant, ne sont pas perçus comme une menace existentielle pour l’État parce que historiquement ce dernier ne s’est pas construit sur la promesse d’éliminer la violence sexuelle», à la différence du terrorisme «perçus comme une menace fatale, parce que, au cours des siècles derniers, les États occidentaux modernes ont peu à peu construit leur légitimité sur la promesse explicite d’éradiquer la violence politique à l’intérieur de leurs frontières».

Et par voie de conséquence, «moins il y a de violence politique dans un État, plus sa population sera choquée face à un acte terroriste» : «tuer trente personnes en Belgique attire bien plus d’attention que tuer des centaines de personnes au Nigeria ou en Iraq». En contenant la violence politique, «les États modernes sont particulièrement vulnérables face au terrorisme», analyse le chercheur.

Pour réussir la lutte, Harari propose trois fronts :

  • un front gouvernemental : «une action discrète contre les réseaux terroristes, et notamment leurs moyens de financement»,
  • un front médiatique : «relativiser les événements et éviter de basculer dans l’hystérie», «éviter donc de faire une publicité excessive des actions des terroristes»,
  • un front qui concerne notre imagination : «pour cent personnes tuées, cent millions s’imaginent désormais qu’il y a un terroriste tapi derrière chaque arbre».

Il en va de la responsabilité de chaque citoyen et de chaque citoyenne de libérer son imagination, et de se rappeler quelles sont les vraies dimensions de la menace

Yuval Noah Hariri - ThePrairie.fr !

Yuval Noah Hariri – ThePrairie.fr !

Intégralité de l’article disponible sur le site de l’Obs : La stratégie de la mouche: pourquoi le terrorisme est-il efficace ?



Retrouvez la prairie sur fb/ThePrairie.fr et @ThePrairieFr



N’hésitez pas à partager l’article avec les boutons ci-dessous

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn