Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn

Nous avons déjà évoqué les manquements de l’Etat qui refuse à des laboratoires de recherche de produire des tests de dépistage du coronavirus ou qui accepte difficilement la proposition d’une société d’importer des masques en France.

Cette fois, nous apprenons que les autorités auraient refusé à plusieurs industriels de produire des respirateurs.

Les experts savent en effet aujourd’hui que la forme grave du covid-19 atteint les poumons. Lorsqu’une personne infectée se retrouve en détresse respiratoire, elle doit passer en réanimation et être mise sous respiration artificielle. Face à l’afflux de patients dans les hôpitaux, la France risque de manquer de ces appareils.

Respirateur de reanimation

Respirateur de reanimation

Loïk Le Floch-Prigent, ancien PDG de Elf, SNCF ou encore GDF, écrit dans une tribune publiée sur le site atlantico.fr que des industriels français sont en mesure de produire des respirateurs. Selon lui, en Bretagne par exemple, des « ingénieurs se proposent de modifier en économie de guerre 3000 matériels pour en faire des respirateurs artificiels », pour ensuite les mettre à disposition des hôpitaux.

Mais cette initiative n’aurait pas reçu un écho favorable de la part des autorités.

Invité du site sputniknews.com, il a ajouté que suite à cette tribune, beaucoup d’industriels l’ont contacté pour « l’informer de leur capacité à produire ces respirateurs » mais que l’Etat s’y refuserait…

Loic Le Floch Prigent - Sputniknews

Loic Le Floch Prigent – Sputniknews

 

 

 



Vous êtes maintenant plus de 70 000 à nous suivre sur notre page facebook ThePrairie.fr.
Nous en sommes fier et vous remercions de votre fidélité.
Nous avons lancé une page Tipee pour que vous puissiez nous aider à développer ce média indépendant et donc si vous souhaitez y contribuer, vous pouvez faire un don sur tipeee.com/theprairiefr/


Retrouvez la prairie sur fb/ThePrairie.fr et @ThePrairieFr


N’hésitez pas à partager l’article avec les boutons ci-dessous

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn