Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn

 

[Rejoignez-nous sur facebook fb.com/ThePrairie.fr et sur twitter @ThePrairieFr]

Langue arabe et obscurantisme…

À l’occasion de la visite de François Hollande en Algérie, l’émission C dans l’air de France 5 recevait, mardi 16 juin, un certain Sifaoui, présenté comme journaliste. Caroline Roux animait l’émission.

Étaient également autour de la table un rédacteur en chef d’un hebdomadaire français et spécialiste de l’actualité internationale, François Clemenceau, un général à la retraite ancien chef de mission militaire française auprès de l’ONU, Dominique Trinquand, et un politologue, directeur d’un centre de recherche sur le monde arabe, Hasni Abidi.

En fin d’émission, lors de la séance des questions posées par sms et via les réseaux sociaux, Caroline Roux demande « Quel est le pourcentage d’algériens parlant réellement le français ? Peut-on encore parler de pays francophone ? »

– François Clémenceau lui répond : « De moins en moins et c’est l’un des drames de la politique d’arabisation. Vous parlez le français à l’université mais vous l’apprenez mal au lycée et vous l’apprenez encore moins bien à l’école donc ça pose un problème générationnel… »

– Sifaoui l’interrompt alors : « Le pire dans tout ça, ce n’est pas juste un problème de langue. C’est un problème de corpus idéologique qui suit la langue. Avec le français, on a accès aux Lumières, avec l’arabe aujourd’hui, pardon, on a accès à l’obscurantisme, islamiste le plus souvent. »

– Hasni Abidi essaye de le reprendre « La langue arabe ne véhicule pas l’obscurantisme […] L’Egypte a fourni des prix Nobel, Naguib Mahfouz, en ne parlant que l’arabe. » [Écrivain égyptien, prix Nobel de littérature en 1988].

– « Il y a cinquante ans !», rétorque Sifaoui, balayant les objections du politologue d’un geste de la main par-dessus l’épaule. 

– Caroline Roux place un timide « Pas uniquement ! »

– Hasni Abidi conclut par un « Vous avez une lecture un peu biaisée de la langue… »

Le « milieu asiatique »…

Biaisée, et le mot est faible ! Sifaoui est l’un de ces « intellectuels faussaires » pour reprendre l’expression de Pascal Boniface dans le livre « Les intellectuels faussaires : le triomphe médiatique des experts en mensonge », qui officient régulièrement sur les plateaux de télévision. Sa qualité de « spécialiste de l’islamisme » semble lui garantir un rond de serviette dans plusieurs émissions malgré ses méthodes controversées.

Car ce n’est pas la première fois qu’il fait parler de lui, et pas pour ses qualités de journaliste.

En 2007 par exemple, il affirmait avoir infiltré le « milieu asiatique » dans un reportage diffusé sur TF1. Mais l’un des « héros » de son sujet avait ensuite déclaré être un acteur et qu’il avait voulu piéger lui-même Sifaoui. Cet article « Une énième polémique à propos d’un reportage de M. Sifaoui : l’infiltreur infiltré ? » revient plus longuement sur cette affaire.

Une polémique s’en était suivie. Jean-Marie Le Guen, député du 13e arrondissement parisien, avait été jusqu’à violemment l’interpeller sur ses méthodes journalistiques mettant même en doute sa probité. « Selon J-M Le Guen, le reportage aurait « nourrit des clichés stigmatisants » envers les Asiatiques, s’éloignant « à 99% » de la réalité. Le député parle même de « polar de série Z » pour qualifier le document de Sifaoui. »

Par ailleurs, son passage à l’époque sur RMC avait été digne d’un propagandiste du FN « ils vous le disent clairement, on est là pour gagner de l’argent, on est pas là pour payer des impôts, on est pas là pour participer à la vie sociale, à la vie politique… », affirmait-il en parlant du «  communautarisme chinois »

…et Estelle Mouzin…

C’est encore le même Sifaoui qui avait « relancé » l’affaire Estelle Mouzin, du nom de cette petite fille disparue en 2003. Le « journaliste » affirmait avoir eu un tuyau lors de son enquête sur les réseaux asiatiques : « il apprend, jure-t-il à ses employeurs du Droit de savoir, sur TF1, qu’un corps d’enfant est enterré sous un restaurant de Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne). »

Après enquête de la police, les ossements se sont avérés être … ceux de mouton.

Moins présent dans les médias depuis quelques années, on l’a vu revenir sur le devant de la scène à la suite des attentats de Paris en janvier dernier. Il est désormais à la tête de l’association « 11 janvier » qui s’est donnée entre autres objectifs la « défense, la propagation, la diffusion et la consolidation dans la société et au-delà du territoire national des principes démocratiques, notamment la liberté d’expression, la liberté de conscience, l’humanisme, la mixité, l’égalité et la laïcité » mais aussi la lutte « contre les discours de haine […] »

Question : l’association va-t-elle se saisir du cas de son président Sifaoui pour ses déclarations sur France 5

L’arabe et la Corse…

Toutes ces controverses ne semblent pas ébranler Sifaoui et encore moins interroger ceux qui le reçoivent et lui offrent une tribune.

Cette énième déclaration sur la langue arabe fait pourtant tristement écho à ces menaces reçues par des enseignantes dans une école en Corse parce qu’elles avaient eu l’idée de faire chanter à leurs élèves « Imagine » de John Lennon en plusieurs langues lors de la kermesse de fin d’année. Français, corse, anglais, espagnol et…. arabe.

Inadmissible pour certains parents d’élèves qui avaient alors menacé de ne pas aller à la kermesse ou/et de la perturber. Pire ! Des enseignantes ont même reçu des menaces. « Une instruction judiciaire a été ouverte en raison de « pressions exercées sur les enseignantes » et de « déchaînements sur les réseaux sociaux » », a déclaré Nicolas Bessone, procureur de Bastia en Corse.

Pauline Peraldi, représentante des parents d’élèves de l’école explique que « l’idée était de faire un projet multilingue pour montrer que les concepts de paix, d’amitié entre les peuples, de fraternité se disent dans toutes les langues.  »

Et donc pourquoi s’étonner…

Mais comment s’étonner aujourd’hui de ces menaces, quand sur une chaîne du service public français, un « journaliste » peut en toute impunité affirmer que « l’arabe véhicule l’obscurantisme » sans que cela n’émeuve au delà des quelques instants qui suivent cette déclaration. Sans que le CSA ne se saisisse de l’affaire.

Que répondre à un parent qui interrogerait sur cette émission ? « Un spécialiste de l’islamisme a déclaré sur une grande chaîne du service public qu’avec l’arabe, « on a accès à l’obscurantisme, islamiste le plus souvent » ! Et moi vous voulez que mon enfant parle arabe ? »

Lors des événements du 7/9 janvier à Paris, plusieurs internautes avaient ironisé sur les dérives du traitement des attentats par les chaines d’information en continu.

« En passant toute la journée devant BFM TV, à un moment donné j’avais envie de descendre casser la gueule à mon voisin musulman, heureusement ma femme m’a résonné et elle m’a rappelé que j’étais moi-même musulman, j’ai tout de suite changé de chaine. »

« Après avoir écouté BFM TV à la maison puis en écoutant RMC dans ma voiture quand j’ai croisé mon regard dans le rétro, j’ai eu envie de m’auto-agresser. »

Aller voir son voisin après BFMTV.

Aller voir son voisin après BFMTV.

Ils se seraient frappés !!!

Sifaoui, l’arabe et la Corse. Associer la langue arabe à l’obscurantisme sans que cela n’émeuve, et s’étonner que des parents puissent avoir peur que leurs enfants chantent une chanson en arabe. Ce ne sont pas les parents qui doivent être cloués au pilori mais les marchands de haine comme Sifaoui et ceux qui les cautionnent ou se taisent.  

Si vous souhaitez signaler les propos au CSA, un formulaire existe.

Sifaoui, C dans l'air, 16 juin 2015.

Sifaoui, C dans l’air, 16 juin 2015.



Retrouvez la prairie sur fb/ThePrairie.fr et @ThePrairieFr



N’hésitez pas à partager l’article avec les boutons ci-dessous

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn