Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn

Valls a annoncé ce matin qu’il avait « décidé d’assumer la prise en charge du voyage pour [ses] deux enfants, c’est à dire 2500 euros », essayant ainsi de mettre fin à la polémique sur son escapade à Berlin pour assister à la finale de la Ligue des champions entre le FC Barcelone et la Juventus de Turin.

Estrosi et d’autres avant lui…

Il a en fait simplement utilisé un procédé très répandu chez nos hommes politiques français.

1. Faire des « erreurs » avec l’argent public pour des caprices personnels.
2. Si personne ne s’en offusque, recommencer.
3. Sinon, proposer de rembourser pour mettre fin à la polémique.

D’autres l’ont fait avant lui. Pour n’en citer qu’un, le célébrissime Christian Estrosi et les 138000 euros en 2008 : à l’époque, il est secrétaire d’Etat à l’Outre-mer et est à Washington dans le cadre de ses fonctions. Son cabinet lui a réservé un vol retour sur la compagnie Air France.

Problème : de l’autre coté de l’Atlantique, à Paris, ses amis sarkozistes organisent un pot à l’Elysée… Il ne pourra pas y être s’il prend ce vol. Du coup, il s’est loué un Falcon tranquillou… La note : 138000 euros.

[Rejoignez-nous sur facebook fb.com/ThePrairie.fr et sur twitter @ThePrairieFr]

Estrosi et le jet à 138 888 euros en 2008.

Estrosi et le jet à 138 888 euros en 2008.

Sept ans plus tard, Estrosi est député maire et candidat aux élections régionales en décembre prochain. Tout va bien ! Alors Valls et ses 15 000 ou 20 000 euros, on ne sait plus vraiment car en fait…

C’est une « goutte d’eau » pour Yann Moix…

De toute façon « c’est une goutte d’eau tout ca », dixit Yann Moix sur Itélé… «  Il était allé voir un match de foot, ça ne coûte quasiment rien à l’Etat [15 000 euros]. C’est pas grand-chose par rapport au budget national, au PIB, c’est rien ! »

Valls et la logique Moix donc…

Et si on la pousse un peu plus loin : inutile de s’offusquer des notes de taxi d’Agnès Saal, du logement d’Hervé Gaymard, du jet de Christian Estrosi, tout ça n’est que goutte d’eau par rapport au PIB…

Quand on sait qu’en Suède, la numéro deux du gouvernement, avait du démissionner parce qu’elle avait acheté quelques courses, dont une barre chocolatée avec sa carte de crédit de fonction… Mais nous sommes en France ! Donc Valls ne fait que profiter d’un système qui existait bien avant lui.

Aujourd’hui il décide de prendre en charge parce que ça s’est vu. S’il n’avait pas emmené ses enfants, il serait resté sur la même ligne. Une réunion pour parler de l’euro 2016… A la mi-temps à la buvette peut-être ! Nous en avons déjà parlé dans ce premier article puis dans celui-la.

« Ce que 20 millions de français ne gagnent pas en une année »…

Le caprice de Valls, c’est « ce que 20 millions de français ne gagnent pas en une année », disait Raquel Garrido.

Tout est une question de référentiel en fait. Du point de vue du Français auquel fait référence la secrétaire nationale du Parti de gauche, c’est scandaleux. Du point de vue de celui qui doit prendre la place d’Aymeric Caron dans l’émission de Laurent Ruquier sur France 2 en septembre, c’est une goutte d’eau.

Ca doit certainement être ça quand on dit que certains milieux sont complètement déconnectés de la réalité… Valls, Saal, Estrosi, Moix…

Et les repas ? Et les voitures ?

Si on voulait pinailler, on pourrait poser une autre question à Valls : comment s’est fait le transport entre l’aéroport de Berlin et le stade de football ? A-t-il pris ses enfants sur ses genoux ? Nous parlons de deux jeunes hommes de minimum 16 ans (le Premier ministre a trois garçons de 24, 22 et 16 ans donc …).

Une voiture a-t-elle été affrétée pour faire le trajet. Et les repas c’était comment ? Même question pour les trajets depuis l’aéroport de Poitiers…

Mais bon, il y a la logique Moix ! Tout ça c’est peanuts pour le budget de l’Etat…

Ah oui, petite remarque au passage, la limite pour déclarer vos impôts, c’était il y a deux jours… Vos impôts, une goutte d’eau par rapport au PIB de la France ? Oui certainement, mais bon, déconseillé de présenter cette excuse au monsieur des services fiscaux hein…

La politique c’est dur…

Barbara Pompili, députée écologiste coprésidente du groupe EELV à l’Assemblée nationale, a quant à elle défendu Valls le premier jour du scandale parce que selon elle, la politique c’est difficile, parce que beaucoup de sacrifices sont faits et que les familles en pâtissent. Oui elle l’a dit.

L’ouvrier dans sa fonderie et le maçon sur son chantier? Ils n’ont pas du tout un métier difficile! Mais on ne va pas se lancer dans ce genre de comparaisons, Yann Moix a dit que c’était démogo…

A décharge de Barbara Pompili, elle fait partie des écologistes qui souhaiteraient revenir au gouvernement. Un poste de ministre peut-être, du coup, elle ne va quand même pas taper sur celui qui pourrait être son futur patron. Depuis elle a dit que « plus rien ne passera » après le voyage de Valls, et elle a ajouté « Je crois que la polémique est close. » 

Déjà porte parole du gouvernement Barbara !

Ah « enfants »…

Depuis le début de cette affaire on entend parler d’« enfants », un doux mot qui fait echo aux déclarations de Barbara Pompili… La politique c’est dur! Et donc un moment de tendresse devant un match de football avec ses « enfants », ça se pardonne tellement facilement… Sauf qu’en l’occurrence les enfants en question avaient entre 16 et 24 ans, nous ne parlons donc pas de petits chérubins à qui leur papa manquerait parce qu’il bosserait tellement pour sauver la France.

Jouer avec les mots… 

Sinon il paraîtrait que les services de Matignon recherchent le planning de la tournée estivale du FC Barcelone en Asie. Le petit Manuel souhaiterait suivre ses joueurs préférés…

 



Retrouvez la prairie sur fb/ThePrairie.fr et @ThePrairieFr



N’hésitez pas à partager l’article avec les boutons ci-dessous

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn