Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn

Valls était invité hier soir de L’Emission politique sur France 2. Une partie de l’échange voulait que trois français l’interpellent.

Parmi eux, Attika Trabelsi de l’association Lallab, une structure qui s’est donnée pour objectif de «faire entendre les voix plurielles des femmes musulmanes».

Particularité de la jeune fille : elle porte un voile et c’est pour ça qu’elle était présente. Car Valls et son obsession de ce vêtement, pour ne pas dire sa haine, n’est plus à démontrer. On s’attendait donc à ce qu’il réitère ses propos face à l’une des premières concernées.

Sauf que si le monsieur est courageux lorsqu’il est invité et mis dans des conditions optimales pour s’exprimer, il est loin d’être téméraire face à ceux que ses déclarations ou actions concernent. On pourrait rappeler le cas de cette Française qui l’avait interpellé il y a quelques semaines sur le 49.3 et qui avait reçu pour seule réponse un «au revoir madame».

Valls, Attika Trabelsi, Emission politique - ThePrairie.fr !

Valls, Attika Trabelsi, Emission politique – ThePrairie.fr !

Des discours qui valident une certaine violence

Pour lancer le débat, deux interventions de l’ex-Premier ministre sont proposées, deux interventions qui ont «beaucoup marqué» la jeune fille et qui lui «sont restées en travers de la gorge».

Dans la première, il avait déclaré que Marianne, le symbole de la République, avait le «sein nu parce qu’elle nourrit le peuple» et qu’elle «n’est pas voilée parce qu’elle est libre». La deuxième déclaration avait été faite devant un «cercle de réflexion», Le Sursaut. Le candidat à la primaire affirmait en pleine polémique sur la mode islamique que le voile était «un asservissement de la femme».

Attika Trabelsi dit être «humiliée» et «blessée» par ce genre de discours et rappelle à Valls ses responsabilités : «en tant que représentant de l’état», dit-elle, «vous légitimez des discours qui engendrent des violences à mon égard».

Et ce ne sont pas les exemples qui manquent pour illustrer son propos. On peut rappeler ici l’affaire d’un restaurateur dans le 93 qui avait pris à partie deux femmes parce qu’elles portaient un voile ou encore de ce médecin qui avait refusé de soigner une femme pour la même raison.

Médecin refuse une femme voilée - ThePrairie.fr !

Médecin refuse une femme voilée – ThePrairie.fr !

«C’est votre choix»

La jeune fille poursuit : «Quelle société vous voulez construire ? Est-ce une société où on impose aux femmes ou une société où les femmes choisissent».

Réponse de Valls : «Je n’ai pas à juger du choix que vous faites, c’est le votre».

Et là, vous tombez de votre chaise. Incroyable en effet ! Toute personne qui suit cet homme, ses actions et ses déclarations depuis des années ne peut qu’être choqué par cette réponse. Valls, c’est l’homme du voile combat pour la république, Valls c’est l’homme du voile asservissement de la femme, Valls c’est l’homme de Marianne au sein nu, Valls et le voile, Valls et le voile, Valls et le voile…

Et l’entendre ne pas assumer face à cette jeune fille est au mieux troublant, au pire une preuve de lâcheté.

Valls et Marianne, Placide - ThePrairie.fr !

Valls et Marianne, Placide – ThePrairie.fr !

Mais pourquoi s’en étonner après tout. 

Valls doit rassembler son camp, la gauche, et pour cela, il a par exemple déjà promis de supprimer le 49.3, ce fameux 49.3 qui lui a permis de faire passer sa réforme de la loi travail contre laquelle des dizaines de manifestations avaient été organisées, un jeune homme en avait même perdu un œil.

En période de campagne électorale, Valls c’est «croyez à ce que je dis, pas à ce que j’ai fait» pour reprendre les mots de ses adversaires pour la primaire. 

Alors dire à une femme qui porte un voile qu’il ne la juge pas, pourquoi pas… 

Le voile des mamans et celui de leurs enfants

L’ancien Premier ministre poursuit ensuite par un cours d’Histoire grossier, 1789, loi de 1905, racines chrétiennes de la France – les juifs apprécieront – et puis son inquiétude : «je m’inquiète d’une mode qui est celle d’un voile revendiqué» car lui ne «confond pas le voile des mamans, des grands-mamans, un voile traditionnel» et le «voile porté comme un étendard politique».

Et cette expression dit énormément de choses. 

Voile bleu blanc rouge - ThePrairie.fr !

Voile bleu blanc rouge – ThePrairie.fr !

Sa réponse est assez classique en fait : le voile des mamans qui n’avaient pas le droit d’avoir un compte en banque, qui devaient demander l’autorisation de leur mari pour tout, ne gène pas cette intelligentsia qui a fait de sa lutte contre le voile un étendard. Par contre le voile de jeunes femmes qui ont fait de longues études et qui affirment être seules détentrices de leur chevelure dérange dans les plus hautes sphères du pouvoir, c’est un «voile revendicateur»…

Pendant plusieurs années, ces femmes étaient qualifiées d’auto-aliénées irresponsables inconscientes de la manipulation dont elles étaient victimes. Sauf que cette théorie ne résistait pas face à des jeunes filles qui allaient dans les pus grandes universités et écoles françaises.

«L’étendard revendicateur» s’est imposé. Elles ne sont plus des victimes d’un frère, d’un mari, d’un imam qui les manipule, elles sont elles-mêmes des objets politiques qu’il faut combattreEt c’est le discours que tient Valls face à celle qui l’a informé quelques minutes plus tôt être diplômée de Normale Sup, l’une des écoles françaises les plus prestigieuses. 

Et donc Valls ne s’inquiète pas pour elle qui n’a pas besoin d’être protégée car elle est un objet politique qui doit plutôt être combattu. Il s’inquiète pour les jeunes filles des quartiers populaires, pas pour elle «qui a réussi».

Son interlocutrice le reprend alors : «parce qu’il faut réussir pour avoir les capacités de réfléchir par soi-même».

Valls, Attika Trabelsi, Emission politique - ThePrairie.fr !

Valls, Attika Trabelsi, Emission politique – ThePrairie.fr !

L’Iran… et la Tunisie

Mais Valls ne se démonte pas. Il a des munitions comme le machisme, le salafisme, les Frères musulmans (il a oublié Tariq Ramadan au passage) et ce «formidable» reportage de France 2. Bien évidemment, il ne précisera pas que le sujet avait fait polémique

Le candidat déroule son argumentaire. Comme tout personnage adepte de l’interdiction du voile, il faut convoquer l’Iran, un modèle semble-t-il. 

Petite anecdote : en 2003, Shirin Ebadi, iranienne, reçoit le Prix Nobel de la paix. Elle est récompensée pour son combat pour le droit des femmes dans son pays. En France, nous sommes en plein débat sur ce qui sera la loi de mars 2004 interdisant le voile à l’école. Madame Ebadi est invitée sur France 2. Tout le monde s’attend à ce qu’elle devienne une alliée des prohibitionnistes en France sauf qu’elle tient un tout autre discours : si elle se bat pour qu’on n’oblige pas une femme à se voiler, elle ne se bat pas pour autant pour qu’on lui interdise de le faire…

On ne la reverra plus sur nos plateaux de télévision pour parler de ce sujet… Pierre Tevanian en parle très bien dans son livre Le Voile Médiatique.  

Shirin Ebadi - ThePrairie.fr !

Shirin Ebadi – ThePrairie.fr !

On convoque souvent l’Iran pour justifier une interdiction du voile en France comme si une obligation dans un pays qui nous est complètement étranger validait la thèse prohibitionniste. Les mêmes d’ailleurs qui convoquent l’Iran sont les mêmes qui reprochent aux défenseurs de la liberté de s’habiller librement de faire appel aux exemples des pays anglo-saxons dans lesquels il n’y a pas de débats aussi enflammés sur le voile.

Valls fait également appel à l’exemple tunisien qui selon lui obligerait à porter le voile. Les Tunisiens apprécieront. Après avoir écorché le nom de leur Président il y a quelques semaines l’appelant «ezzibi», au lieu de Essebsi, une insulte en arabe qui pourrait se traduire par «sale bite», la Tunisie rejoint grâce à Valls les pays qui obligent les femmes à s’habiller d’une certaine manière avec l’Iran, l’Arabie Saoudite et la France.

Mentir pour s’en sortir

Karim Rissouli revient ensuite sur les premiers propos de la jeune fille. Elle affirmait se sentir «humiliée» et «blessée» en entendant les déclarations de Valls quelques mois auparavant. Le journaliste lui demande s’il a des regrets.

Réponse de Valls : «Dans le débat que j’avais, je parlais du voile intégral».

Et là si vous n’êtes pas encore tombé de votre chaise…

Selon lui, il faisait référence au voile intégral pour lequel «nous avons des lois qui ont été votées par la représentation nationale». Sauf que la séquence est très clair comme le rappelle la journaliste Nassira El Moadem sur Tweeter.

Comme dit plus haut dans cet article, nous sommes en plein débat sur la mode islamique et les déclarations de celui qui occupe alors Matignon ne laissent aucun doute : il fait référence au voile. D’ailleurs il avait apporté son soutien à sa ministre Laurence Rossignol qui avait osé comparer l’esclavage au port du voile et fait du négationnisme en prétendant que des «nègres» y avaient été favorables.

On vous laisse en juger…

Le corps impudique 

Ça ne marche pas, ça ne prend pas et Valls le sent. Ses arguments sont du réchauffés.

Il essaye alors le coup de l’impudeur. Il s’agit de la rhétorique de Laurence Rossignol qui attaquait la «modest fashion» ou «mode pudique» en français. Pour s’opposer à cette tendance, la ministre se demandait si celles qui ne portaient pas le voile étaient «impudiques».

«Mais enfin qu’est ce que c’est cette idée que les cheveux, que le visage, que le corps d’une femme seraient impudique», demande alors Valls à Attika Trabelsi. Pourtant quelques minutes plus tôt, «je n’ai pas à juger du choix que vous faites, c’est le votre», qu’il disait-il. Mais chassez le naturel…

Un bon petit jugement de valeur sur les gens qui ont une analyse différente de la sienne de la pudeur du corps. 

Rappelons au monsieur qu’en 1976, la maison Saint-Laurent présentait un modèle de femme voilée, un modèle pudique, le même modèle pour lequel s’offusquait sa ministre dont il utilise l’argumentaire et que ça ne choquait pas.

Yves Saint Laurent - Années 60 - ThePrairie.fr !

Yves Saint Laurent – Années 60 – ThePrairie.fr !

Karim Rissouli insiste et veut savoir si ça gène l’invité d’avoir face à lui une jeune femme qui porte le voile : «C’est son choix», «non ça ne me gène pas», répond Valls.

Vous êtes toujours sur votre chaise?

C’est son choix en effet, sauf que Valls ne le respecte pas son choix. Sa question sur le fait de savoir ce qu’il y avait de pudique à ne pas montrer ses cheveux ou son corps en est la plus belle preuve, s’il était encore besoin d’en faire la preuve.

Et il continue. Ça ne le gène pas «à titre personnel» mais ce n’est pas sa conception de la société. Valls, candidat à la présidentielle, nous dit donc tranquillement qu’il n’a pas de problème avec le voile de cette jeune fille mais que ce n’est pas ce qu’il veut pour la société.

Ce que vous êtes ne me gêne pas mais je vais tout faire pour que vous ne  le soyez plus…

Et puis le terrorisme

Bien évidemment, Valls qui ne parle pas de terrorisme, ce n’est pas Valls. Même quand Léa Salamé avait essayé de l’interroger uniquement sur des questions d’économie, le monsieur avaient quand même basculé sur le terrorisme, alors un voile face à lui, pensez-vous… Il éprouve le besoin de rappeler son discours après les attentats de janvier 2015, un discours qu’il ne peut pas oublier. D’ailleurs il en a même fait un livre

«Je ne veux plus que dans mon pays les juifs aient peur», dit-il.

Et on se demande alors ce qu’ils viennent faire là, dans cet échange. Une jeune fille l’interroge sur son voile, et il la renvoie à des attaques terroristes. 

Mais en fait si, ce rappel de Valls est complètement à sa place. Il permet simplement de boucler la boucle : «en tant que représentant de l’état, vous légitimiez des discours qui engendrent des violences à mon égard».

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn