Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn

Vidéo VOSTFR – Jon Stewart et Charleston – Emotion

Modification du 11/09/2014 : la vidéo sous-titrée a été supprimée de la plateforme pour des questions de droits d’auteur. Il est malheureusement difficile de sous-titrer des vidéos. Nous rencontrons souvent cette problématique.

==> Version sans sous-titres : https://www.youtube.com/watch?v=mjzrvRKv6Ks

[Rejoignez-nous sur facebook fb.com/ThePrairie.fr et sur twitter @ThePrairieFr]


« Si ça avait été du terrorisme islamique… »

Jon Stewart, célèbre humoriste qui présente depuis 15 ans  « The Daily Show » sur la chaine américaine Comedy Central, n’avait pas de blague pour ses téléspectateurs, au lendemain de l’attaque terroriste dont a été victime l’église Emanuel de Charleston en Caroline du Sud.

A la place, un monologue de cinq minutes, cinq minutes sur les contradictions de la société américaine en matière de violence.

Et pour commencer, le poids des mots. Pourquoi tant de difficultés à nommer les choses quand le bourreau est blanc alors que l’Amérique envahit des pays et torture des gens quand il s’agit de combattre le « terrorisme islamiste » ?

« Si ça avait été ce que nous considérons être du terrorisme islamique […]. On a envahi deux pays et dépensé des milliards de dollars et perdu des milliers de vies américaines, et maintenant on fait voler des machines de mort au dessus de cinq ou six pays. Tout ça pour que les Américains soient en sécurité. On torture des gens ! »

Dylan Roof exhibait en effet fièrement des photos avec les drapeaux de l’Afrique du Sud et de la Rhodésie (aujourd’hui Zimbabwe), deux pays qui étaient admirés par les suprémacistes blancs pour leurs politiques de ségrégation raciale.

Dylan Roof portait également avec fierté le drapeau confédéré, ce drapeau symbole des Etats qui se sont levés contre Abraham Lincoln, président américain partisan de l’abolition de l’esclavage. Ce soulèvement entrainera la « guerre de sécession ».

Dylann Roof et les drapeaux.

Dylann Roof et les drapeaux.

Dylan Roof est donc un suprémaciste blanc et les choses n’ont pas à prêter à confusion : c’est « noir ou blanc » et il s’agit bel et bien d’une « attaque terroriste » et de « racisme », ce racisme qui est là comme une blessure « béante qui ne cicatrise pas et dont [les Américains] prétendent pourtant ignorer l’existence ».

L’animateur rappelle également qu’en Caroline du Sud, les routes portent le nom de généraux confédérés qui se sont battus pour empêcher les Noirs d’utiliser librement ces routes et que dans cet Etat, le drapeau confédéré flotte toujours sur l’esplanade du siège du parlement local…

« En Caroline du Sud, les routes sur lesquelles circulent des noirs portent le nom de généraux confédérés qui se sont battus pour empêcher les noirs d’avoir le droit de conduire librement sur ces routes […]. Le drapeau confédéré flotte sur la Caroline du Sud […] et c’est le mec blanc qui a l’impression qu’on lui prend son pays. »

Drapeau confédéré devant le parlement local de Caroline du Sud.

Drapeau confédéré devant le parlement local de Caroline du Sud.

 


11 000 américains tués par balle en 2013…

« On baigne dans cette culture dans ce pays, et on refuse de le reconnaître. »

Ce n’est pas la première fois que l’Amérique est confrontée à cette violence. New América a répertorié les actes terroristes contre des Américains depuis le 11 septembre 2001 : 48 personnes tuées dans des attentats liés à des mouvements racistes ou d’opposition gouvernementale violents, 26 personnes tuées dans des attentats liés au djihadisme

Et ces chiffres s’inscrivent dans un contexte général déjà lui même violent : 11 000 américains tués par balle en 2013, ce qui fait une moyenne de 315 morts par jour, ou encore 13 morts par heure !!!

– il y a près d’une arme à feu par personne en Amérique.
– la moyenne des homicides par arme à feu est la plus élevée des pays riches.
– 21,175 suicides par arme à feu en 2013 et les suicides sont plus fréquents dans les zones avec les plus fortes proportions en armes.
– les armes favorisent la violence au sein des couples : une étude a comparé les femmes victimes de violence et ayant survécu à cette violence avec celles qui sont mortes de ces violences. Dans 51% des cas de mort, il y avait une arme dans la maison. 


Traitement de l’affaire par les médias en France…

En France, le lendemain de l’attaque, le mot « forcené » est utilisé pour qualifier celui qui vient de faire un massacre dans une église et qui n’est pas encore identifié.

France Inter twitte le matin du 18 juin « États-Unis : un forcené tue neuf personnes dans une église ». Ces mots constituent le titre initial de l’article comme affiché dans les résultats du moteur de recherche google.

Quelques heures plus tard, il deviendra « Etats-Unis : Plusieurs morts dans une attaque raciste contre une église ». Le mot « forcené » a disparu, et l’expression « attaque raciste » apparait mais les guillemets sont là malgré les évidences !

France Inter - Charleston.

France Inter – Charleston.

Le monde titre avec les mêmes mots « Etats-Unis : un forcené tue neuf personnes dans une église », un titre qui deviendra quelques heures plus tard « Etats-Unis : le suspect de la fusillade de l’église de Charleston arrêté ». 

Là encore le mot « forcené » a disparu et le journal parle désormais d’une « fusillade ».

Le Monde - Charleston.

Le Monde – Charleston.

Comme souvent, plusieurs internautes ont interpellé les médias en question sur tweeter.

France Inter et Le Monde interpellés sur twitter.

France Inter et Le Monde interpellés sur twitter.

 


Les politiques ? Pas mieux…

Lorsque les deux frères Tsarnaev avaient commis cet attentat à Boston, l’ensemble de la classe politique française s’en était émue. Pour Charleston, très peu de réactions politiques…

A ce jour, ni l’Elysée, ni Matignon, ni le Parti socialiste n’ont fait de communiqué. L’UMP/Républicains et l’UDI ou encore le PC ou EELV ne font pas mieux…

Elysée Matignon PS à propos de Charleston.

Elysée Matignon PS à propos de Charleston.


Mise à jour :

Drapeau confédéré : Apple retire des jeux vidéo sur la guerre civile américaine de son magasin
Des enseignes américaines retirent le drapeau confédéré de la vente
USA: le drapeau confédéré retiré du Capitole de l’Alabama



Retrouvez la prairie sur fb/ThePrairie.fr et @ThePrairieFr



N’hésitez pas à partager l’article avec les boutons ci-dessous

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn