Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn

Vous avez certainement tous vu la photo de cet enfant syrien mort échoué sur une plage en Turquie : l’ensemble de la presse européenne a décidé de la publier… ou presque !

The Independant - Aylan Kurdi

The Independant – Aylan Kurdi

En Angleterre, le quotidien The Independent a titré : « Si ces images extraordinairement puissantes d’un enfant syrien mort échoué sur une plage ne changent pas l’attitude de l’Europe face aux réfugiés, qu’est-ce qui le fera ? ».

En Allemagne, depuis quelques jours déjà, médias, personnalités et anonymes se mobilisent en faveur des réfugiés. Le quotidien Bild, le plus lu en Europe, a lancé « une grande opération d’aide » en affichant en Une ce message : « Nous aidons ! ». Et dans les stades de football le weeekend dernier, plusieurs banderoles de soutien ont été levées.

L’enfant syrien et la pudeur française

« Cachez donc ces morts que nous ne saurions voir », serait-on tenté de dire pour qualifier la réaction des grands quotidiens de l’hexagone. La plupart d’entre eux ont décidé de ne pas publier cette photo pour faire preuve de « pudeur » parce que cette image est « insoutenable », une décision qui n’a bien sur absolument rien à voir avec le fait que le FN fait la pluie, le beau temps et très souvent les Unes depuis longtemps malheureusement.

L’Histoire contemporaine a pourtant souvent été marquée par des images fortes. Il y a le cas de cette petite fille de 9 ans qui courait toute nue alors qu’elle venait d’être grièvement brûlée dans un bombardement au napalm, ou encore celui de cet enfant sur lequel lorgne un vautour durant la famine au Soudan ou cet étudiant debout face à un char sur la place Tian’Anmen.

Et dans le cas présent, en France, nous aurions peur d’une photo… parce que nous faisons preuve de… pudeur !

Quelle hypocrisie de toutes ces rédactions !

C’est tellement plus simple de publier des petits dessins avec des petits noirs dans une mer toute bleue, ces petites caricatures échangées sur facebook et twitter. C’est tellement gentil et tellement beau et avec un peu de chance on participera à la renommée dudit dessinateur. Mais est ce que ça renvoie quelque chose de la réalité ? Parce que la réalité elle vous prend les tripes, parce que la réalité elle appelle vos larmes, parce que la réalité elle vous somme de réfléchir aux conséquences de vos réponses à ces sondages qui pullulent dans lesquels on vous demande un jour au téléphone entre deux épisodes de votre série préférée si vous accepteriez de venir en aide à ces réfugiés, parce que la réalité elle fait mal, parce que ces petits dessins qui font presque rire quand on les voit, ce n’est pas la réalité.

« Oh comment ce caricaturiste à trop bien expliqué ce qui se passe avec son dessin, c’est dingue ! » Oui, ok ! Mais ce dessin vous a-t-il pris aux tripes, vous a-t-il donné envie de taper sur la table? Il vous a presque fait rire !

Alors, oui, marre de ces dessins pour se donner bonne conscience et de cette fausse pudeur ! Allez dire à ces malheureux que par pudeur, vous ne voulez pas montrer la mort des leurs ! Que pensez-vous qu’ils répondront ?

Anne Sinclair et Paul Ackerman, respectivement directrice éditoriale, et directeur de la rédaction du Huffington Post, nous expliquent que la photo leur semble « insoutenable ». Mais insoutenable pour qui ? Pour ces centaines de milliers de réfugiés qui fuient les guerres dans leurs pays, guerres dont nous sommes souvent parmi les instigateurs

Ce n’est ni par pudeur ni parce que c’est insoutenable qu’on ne veut pas montrer la réalité, mais pour nous protéger, pour nous rassurer, pour continuer à croire que nous ne sommes pour rien dans ce qui se passe dans ces pays ! On ne peut pas exiger des dirigeants de nos Etats de « nous protéger » en allant déclencher le feu de l’enfer à l’autre bout du monde et ne pas s’attendre à devoir en gérer, nous aussi, les conséquences. « Les centaines de milliers de réfugiés venues du Proche, Moyen Orient, d’Afrique du Nord, fuient chaos et guerres conséquences d’un siècle de fautes politiques (souvent colonialistes) européennes et américaines », comme le rappelait Charles Enderlin.

La Turquie accueille près de deux millions de réfugiés, le Liban, 1.5 million, le tiers de sa population. Dix-mille familles islandaises ont proposé d’accueillir des migrants. Population du pays : 300 000 habitants, un peu comme si plus de deux millions de français avaient fait la même proposition, comme si oui… Les Allemands vont recevoir 800 000 réfugiés, la presse britannique se mobilise.

Déjà plus de 2000 morts en Méditerranée cette année et la France… refuse de publier une photo… par pudeur.

Marre de cette hypocrisie et de cette fausse pudeur à propos d’images qui nous gêneraient tant et qui sont pourtant bien en deçà des horreurs que ces gens fuient ! Détournez la tête si l’image est trop forte, si vous ne pouvez retenir vos larmes, mais partagez là! Que les opinions européennes voient de quoi il est question quand on leur parle d’un bateau rempli d’hommes, de femmes et d’enfants à la dérive.

[Rejoignez-nous sur facebook fb.com/ThePrairie.fr et sur twitter @ThePrairieFr]

Aylan, 3 ans et son frère Ghalib, 5 ans

Aylan, 3 ans et son frère Ghalib, 5 ans !

Mise à jour

Depuis ce matin, les choses semblent bouger dans les rédactions. iTélé va jusquà montrer une vidéo…

 

 



Retrouvez la prairie sur fb/ThePrairie.fr et @ThePrairieFr



N’hésitez pas à partager l’article avec les boutons ci-dessous

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn