Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn

Chaque soir, le directeur général de la santé Jérôme Salomon annonce les chiffes du COVID19 : nombre de personnes infectées, hospitalisées, en réanimation ou encore sorties de l’hôpital. Mais des soignants demandent depuis quelques jours que soit intégré au bilan le nombre de personnels soignants positifs.

Qu’en est-il des établissements médico-sociaux

On entend par établissements médico-sociaux les établissements d’hébergement pour personnes âgées tels que les EHPAD, les établissements pour personnes handicapées, d’autres établissements pour enfants ou adultes ou encore l’aide social à l’enfance.

Selon les données de Santé Publique Franceentre le 1e mars et le 14 avril, 11 506 cas étaient confirmés parmi les personnels de ces structures et 18 936 cas possibles, sachant qu’au moins 1/3 des établissements n’avaient pas remonté leurs chiffres.

Ces derniers devraient donc encore augmenter.

Chiffres Santé publique France

Chiffres Santé publique France

Mais les choses sont moins précises pour le personnel hospitalier

Par contre, lorsqu’on cherche dans ce même rapport les données concernant le personnel hospitalier, on ne trouve rien. Les autorités refusent en effet de communiquer précisément dessus.

Interrogé à plusieurs reprises sur le sujet, Jérôme Salomon a évoqué le secret médical : «Les données concernant les cas individuels ne sont pas rendus publiques et la profession n’est heureusement pas une donnée obligatoire sur les avis de décès», répond t-il au Quotidien du Médecin.

Quelques jours auparavant, il affirmait même être «mal à l’aise» avec cette question. Selon lui, «des professionnels de santé ne souhaitent pas être associés à cette démarche» car «ils se considèrent comme des patients comme les autres.» Il ajoute ensuite que «d’autres professionnels pourraient dire qu’eux aussi sont concernés [par la publication des chiffres] car ils participent de la chaîne de la prise en charge.» 

Comme l’explique la journaliste Léa Guedj dans un article publié sur Mediapart (section libre expression des abonnés), la médecine du travail en France a mis en place dès le 19e siècle des «mesures adéquates pour prévenir les pathologies et décès liés à l’exercice d’une profession.» Cette réponse de Jérôme Salomon est donc surprenante.

L’information pourrait être intéressante et permettre de savoir quelles sont les professions les plus touchées par cette épidémie et pourtant elle n’est pas communiquée.

Et ces données existent…

Il est d’autant plus surprenant que ces chiffres ne soient pas publié qu’ils existent.

Toujours selon Léa Guedj, ces données sont transmises aux agences régionales de santé dans le cadre de la mission consistant à relever tous les cas d’infections nosocomiales en milieu hospitalier. Les équipes doivent remonter «tout cas d’infection nosocomiale à COVID-19, et ceci, qu’il s’agisse d’un personnel ou d’un patient et que le caractère nosocomial soit possible, probable ou certain.»

Que craignent les autorités pour se refuser à communiquer ces informations. Quel serait l’impact sur les politiques sanitaires à venir si des études montraient que les métiers tels que caissières, éboueurs, livreurs, routiers, conducteurs dans les transports en commun, boulangers, agriculteurs, etc, étaient les plus touchés par le Covid19…

Données publiées dans la presse

On peut cependant trouver quelques chiffres dans la presse.

L’AP-HP (Assistance Publique – Hôpitaux de Paris) qui regroupent 39 hôpitaux sur la région Ile-de-France fait état de 3 800 soignants infectés au 12 avril. Trois personnels sont par ailleurs décédés : un membre des services postaux des hopitaux, un électricien de maintenance et un aide-soignant.

A Bourges, la CGT recense au moins une trentaine de personnels de l’hôpital qui auraient été infectés dont «un certain nombre» hospitalisés. Selon le syndicat, seuls les personnels des services Covid19 ont des masques. La plupart des personnels malades ne travaillent pas dans les services traitant des malades du coronavirus…

Les unités Covid contamineraient donc très vite les autres structures de l’hôpital, «une contamination croisée qui s’amplifie et cela notamment à cause d’un manque de protections, notamment de masques FFP2», explique Armelle, déléguée syndicale.

Isabelle Bertrand, Valérie Martin, et Armelle Paris, déléguées CGT au centre hospitalier Jacques Coeur de Bourges © Radio France - Michel Benoit

Isabelle Bertrand, Valérie Martin, et Armelle Paris, déléguées CGT au centre hospitalier Jacques Coeur de Bourges © Radio France – Michel Benoit

Pour le seul hôpital de Mulhouse, le docteur Nenninger parlait au 2 avril de 294 personnels infectés dont 20 hospitalisés.

Dans l’Aube, il était question de 47 soignants hospitaliers infectés par le Covid-19 (3 avril). A Perpignan, ils étaient une trentaine (21 avril). Au CHU de Nancyune soixantaine de soignants seraient contaminés (27 mars). A Reims, lorsque le plan blanc a été activé le 26 mars, 44 soignants étaient déjà infectés.

Le site spécialisé lequotidiendumédecin.fr publie une carte recensant par département le nombre de médecins contaminés, 772 à ce jour. Elle est établie à partir de données déclaratives. Sans surprise, c’est à Paris où ce chiffre est le plus important. Il faut cliquer sur le lien pour avoir les chiffres des autres départements.

Quotidien du médecin

Quotidien du médecin

De nombreux personnels ont déjà perdu la vie

Dans cet article sont listés les personnels soignants qui ont perdu la vie des suites du Covid19, pas moins de 17 médecins, des infirmières, aide-soignantes, agents hospitaliers…

Des formulaires existent sur internet afin d’aider à obtenir des chiffres comme celui de la Fédération nationale des infirmiers pour déclarer les suspicions de Covid au sein du personnel infirmier mais ça reste donc… déclaratif comme pour les médecins.

Jérome Marty Twitter

Jérome Marty Twitter

 



Vous êtes maintenant plus de 70 000 à nous suivre sur notre page facebook ThePrairie.fr.
Nous en sommes fier et vous remercions de votre fidélité.
Nous avons lancé une page Tipee pour que vous puissiez nous aider à développer ce média indépendant et donc si vous souhaitez y contribuer, vous pouvez faire un don sur tipeee.com/theprairiefr/


Retrouvez la prairie sur fb/ThePrairie.fr et @ThePrairieFr


N’hésitez pas à partager l’article avec les boutons ci-dessous

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn