Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn

Depuis le 29 mars, les médecins peuvent prescrire la spécialité Rivotril© sous forme injectable à certains patients atteints ou susceptibles d’être atteints du coronavirus. Un décret a été publié dans ce sens ce 28 mars 2020. Cette décision s’insère dans « les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de Covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire ».

Décret n° 2020-360 du 28 mars 2020

Décret n° 2020-360 du 28 mars 2020

Qu’est ce que le Rivotril

Il s’agit de Clonazépam utilisé dans le traitement de l’épilepsie. Comme tout médicament, il peut avoir une action différente en fonction de sa dose, comme la sédation.

Le site de la FSPF (Fédération des syndicats pharmaceutiques de France) explique que le Rivotril est « désormais accessible à tout médecin dans sa forme injectable (à la différence de la forme orale) ». Sa prescription a dans ce cas pour objectif « l’accompagnement en soins palliatifs de malades du covid-19 en état d’asphyxie et ne pouvant être admis en réanimation ou pour lesquels une décision de limitation de traitements actifs a été prise. »

Ce médicament est cependant contre-indiqué dans les cas d’insuffisance respiratoire grave, symptôme que  peuvent développer les malades atteins de Covid-19.

Rivotril contre-indications

Rivotril contre-indications

La question qui se pose est donc de savoir pourquoi le gouvernement a décidé de modifier la législation sur ce médicament. Que va t-il apporter aux patients souffrant du Covid-19 ?

S’agit-il là d’une autorisation d’euthanasie déguisée ?

Une demande des professionnels de la gériatrie ? 

Dans Le Quotidien du Médecin, on apprend que la gériatrie française s’est adressée fin mars au ministre de la Santé pour réclamer une série de mesures afin d’ « atténuer l’impact de l’infection à Covid-19 sur les personnes âgées dépendantes. »

Trois situations sont alors identifiées : « le résident suspect d’infection Covid-19 sans que son pronostic vital soit en jeu ; le résident suspect d’infection en soins palliatifs, en fin de vie ou dont le pronostic vital est jugé ‘péjoratif’ ; enfin le résident suspecté d’infection au Covid-19 dont le pronostic vital est en jeu (mais pour lequel l’hospitalisation avec prise en charge raisonnable représente un bénéfice réel). »

Dans les deux premières situations, un confinement « en chambre individuelle », un encadrement médico-soignant adapté et la possibilité de recourir aux moyens thérapeutiques (soins et confort) sont nécessaires, souligne le courrier du Conseil national professionnel (CNP) de gériatrie.

Dans le troisième cas (formes graves), la prise en charge en EHPAD est jugée impossible. Il faut  donc garantir au résident un accès à l’hospitalisation (soins continus, unités Covid, hôpitaux de proximité, SSR), dès lors que cela représente « un bénéfice réel ». A priori, les patients de ce troisième cas ne sont donc pas concernés par le Rivotril.

C’est dans le cas de résidents ne relevant pas d’une hospitalisation, plus particulièrement le deuxième cas donc, que le CNP plaide pour la mise à disposition de molécules habituellement réservées à l’usage hospitalier, comme le Rivotril, des produits jugés indispensables pour prendre en charge « dignement » la détresse respiratoire asphyxique des résidents ne relevant pas d’une hospitalisation, c’est à dire des résidents qui seraient contaminés par le Covid-19 et qui seraient en soins palliatifs. 

Qu’en disent les professionnels de la santé ? 

Franck Roussel, secrétaire général du conseil départemental de l’ordre national des médecins du Nord, explique que cette décision vient compléter une annonce du ministère de la Santé en début d’année : la mise à disposition de Midazolam injectable, un « médicament de première intention pour la sédation profonde et continue maintenue jusqu’au décès », décrit le Vidal. Sauf que ce produit est aujourd’hui en tension (en pénurie). Le Rivotril lui a donc été préféré dans le cadre du Covid-19.

Midazolam

Midazolam

Il ajoute que l’usage du Rivotril injectable reste « très encadré, réservé à un infirmier avec un protocole très strict, une traçabilité » et que prendre en charge les patients atteints du Covid-19 ne revient pas à autoriser l’euthanasie. « On reste dans le cadre de la loi du 2 février 2016 sur la fin de vie », précise Jérôme Robillard, du site Hospimedia, spécialisé dans l’actualité de la santé et interrogé par La Voix du Nord.

Il s’agirait d’atténuer les souffrances d’une personne en fin de vie et qui serait du fait du Covid-19 en train de s’asphyxier. Elle ne pourrait pas, selon la catégorisation proposée par le CNP, être mise sous respirateur.

Mais un autre professionnel de santé s’interroge : « Si l’on en prescrit aux personnes âgées atteintes du Covid-19, c’est pour les accompagner dans une mort plus tranquille et donc ne pas tenter de les soigner. Est-ce que cela veut dire que nous ne pouvons pas les accueillir en service de réanimation ? Ne peut-on rien faire pour eux ? »

Des personnes atteintes du Covid-19 vont donc se voir injecter un produit pour les accompagner dans leur fin de vie parce que la décision aura été prise préalablement qu’elles ne sont pas éligibles à être mise sous respirateur…

Ou parce qu’il n’y a pas assez de respirateurs ?

C’est là qu’est tout le souci dans ce décret. Qui va décider si une personne âgée en Ehpad doit être mise sous respirateur ou accompagnée en fin de vie… A ce jour, on compte 1416 morts en Ehpad depuis le début de l’épidémie.

On peut noter que les mêmes professionnels de la gériatrie ont demandé un « essai clinique en EHPAD » sur différentes molécules candidates (antiviraux, hydroxychloroquine, azithromycine), ce qui à ce jour n’a pas été accordé.



Vous êtes maintenant plus de 70 000 à nous suivre sur notre page facebook ThePrairie.fr.
Nous en sommes fier et vous remercions de votre fidélité.
Nous avons lancé une page Tipee pour que vous puissiez nous aider à développer ce média indépendant et donc si vous souhaitez y contribuer, vous pouvez faire un don sur tipeee.com/theprairiefr/


Retrouvez la prairie sur fb/ThePrairie.fr et @ThePrairieFr


N’hésitez pas à partager l’article avec les boutons ci-dessous

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn