Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn

Des chercheurs de l’INSERM ont modélisé l’impact du confinement en Ile-de-France. Leur étude montre que le confinement ne peut être levé au mieux que courant mai, voire fin mai ou en juin et à la condition d’effectuer des tests massifs au risque d’une deuxième vague de Covid19.

«La levée du confinement sans stratégie de sortie entraînerait une deuxième vague écrasant largement le système de santé», explique l’étude. Elle précise par ailleurs que cette levée doit être progressive et se faire «tout en maintenant les écoles fermées et les personnes âgées isolées». 

Etude INSERM

Etude INSERM

L’équipe dirigée par Vittoria Colizza et Pierre-Yves Boëlle a travaillé plus particulièrement sur la région Ile-de-France : «nous avons testé des hypothèses théoriques dans cette période où l’immunité collective est insuffisante».

Elle conclue qu’une application à grande échelle de tests serait nécessaire afin d’isoler les personnes au contact de Covid+. 

Cette analyse va dans le sens de ce que déclare la professeure Anne-Claude Crémieux, infectiologue. «Les tests de dépistage doivent être faits dès maintenant, inutile d’attendre le 11 mai, expliquait-elle, et isoler les patients qui sont infectés dans des hôtels».



Vous êtes maintenant plus de 70 000 à nous suivre sur notre page facebook ThePrairie.fr.
Nous en sommes fier et vous remercions de votre fidélité.
Nous avons lancé une page Tipee pour que vous puissiez nous aider à développer ce média indépendant et donc si vous souhaitez y contribuer, vous pouvez faire un don sur tipeee.com/theprairiefr/


Retrouvez la prairie sur fb/ThePrairie.fr et @ThePrairieFr


N’hésitez pas à partager l’article avec les boutons ci-dessous

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn