Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn

Risque d’embrasement

Selon des notes confidentielles sur le « suivi de l’impact du Covid-19 en France » révélées par Le Parisien ce 11 avril, les agents du service central du renseignement territorial (SCRT) ont alerté sur le risque d’embrasement de la contestation sociale à la sortie du confinement.

La notion de « jour d’après »,  thème fortement mobilisateur, séduirait les syndicats traditionnels, qui estiment « que la crise démontre les limites du néolibéralisme » où « seule la logique financière prime ».

Ainsi, il y aurait « un risque avéré de rapprochement entre ultras radicaux de droites et de gauches et syndicats dans les secteurs transport et énergie », une « transversalité des luttes », qui associeraient « gilets jaunes et blouses blanches ».

Attestation de déplacement révolutionnaire

Des « attestations  de déplacement révolutionnaire » ont été retrouvées avec des cases à cocher telles que :

– « déplacements entre le domicile et le pouvoir indispensables à l’exercice d’émeutes »,
– « participation à des commandos sur demande des assemblées populaires »

Il serait aussi question de la création de « comités de lutte entre personnes d’un même immeuble ». 

Lors d’une audition en visioconférence devant la mission parlementaire portant sur l’impact, la gestion et les conséquences de l’épidémie de coronavirus, le ministre de l’intérieur Christophe Castaner a évoqué, sans donner plus de précisions, des « réseaux d’ultra droite et d’ultra gauche », très actifs « sur les réseaux sociaux » et appelant « à préparer un certain nombre d’actes qu’ils voudraient commettre à la sortie de la période de confinement ».

Attestation de déplacement révolutionnaire

Attestation de déplacement révolutionnaire

Une erreur de réduire ce bouillonnement aux ultras

Il faut dire que les déclarations de ces derniers jours de responsables politiques ou de membres du MEDEF ont de quoi attiser les colères.

Le ministre de l’économie Bruno Le Maire déclarait il y a quelques jours qu’à la sortie de cette crise, « il faudra faire des efforts, le redressement sera long et il passera par le désendettement du pays ».

Comme le disait une soignante, « on a pas fini de compter nos morts qu’ils comptent déjà leurs chiffres ».

Le président du MEDEF Geoffroy Roux de Bezieux estime, dans une interview publiée samedi 11 avril dans Le Figaro, qu’il faudra à l’issue de la crise engendrée par l’épidémie de coronavirus se poser la question « du temps de travail, des jours fériés et des congés payés » pour accompagner la reprise économique.

« Le Medef, pourrait proposer une taxe sur les dividendes des actionnaires et la création d’un grand impôt sur les richesses. Il préfère se concentrer pour prendre le seul bien de ceux qui n’ont pas de capital: le temps », tweete Guillaume Balas, coordinateur du mouvement Génération.s

Le groupe Total fait preuve quant à lui d’une solidarité nationale sans aucune mesure en décidant de verser le premier avril 1,8 milliard d’euros de dividendes à ses actionnaires, tout en se félicitant de mettre à disposition… jusqu’à 50 millions d’euros de bons d’essence pour le personnel hospitalier.

Et nous pourrions ajouter la colère qui s’exprime depuis ce soir chez les parents d’élèves scandalisés que Macron puisse souhaiter voir les enfants retourner à l’école le 11 mai sans que toute la population ne soit testée.

Certains rapprochent même cette décision de la demande du MEDEF de retourner au travail le plus vite possible. Mettre les enfants à l’école pour libérer les parents et les renvoyer au boulot même si toutes les conditions de sécurité ne sont pas encore réunies…



Vous êtes maintenant plus de 70 000 à nous suivre sur notre page facebook ThePrairie.fr.
Nous en sommes fier et vous remercions de votre fidélité.
Nous avons lancé une page Tipee pour que vous puissiez nous aider à développer ce média indépendant et donc si vous souhaitez y contribuer, vous pouvez faire un don sur tipeee.com/theprairiefr/


Retrouvez la prairie sur fb/ThePrairie.fr et @ThePrairieFr


N’hésitez pas à partager l’article avec les boutons ci-dessous

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn