Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn

Depuis hier, une vidéo fait le buzz. On y voit le DRH de Air France Xavier Broseta et le responsable de l’activité long-courrier, Pierre Plissonnier, chemises arrachées, fuyant devant une foule en colère.

Vers 10h30, les manifestants s’étaient invités au siège de la société où se tenait un comité central d’entreprise. 

Ce matin, Valls a qualifié les auteurs de « voyous » et le mot « lynchage » tourne en boucle sur les chaînes d’information en continu. 

Dans cette vidéo, on peut voir une séquence dans la salle des négociations avec un échange entre employés et cadres dirigeants de la société. L’employée qui filme demande un peu de « politesse », demande à « avoir le droit de dialoguer ».

Réponse : « pas avec vous en tout cas ». Mépris total !

Alors oui, les chemises déchirées, c’est violent, ça fait le buzz. Le mot « lynchage » aussi, c’est pratique ! Mais il y a aussi cette violence, ce mépris, cette détresse d’une salariée qui a appris par voie de presse que sa société allait supprimer des milliers de postes, cette salariée qui demande à ne pas être prise de haut, simplement à recevoir un peu de considération, cette salariée qui demande à parler, cette salariée qui parle de 30 ans d’ancienneté, cette salariée fière de son uniforme, cette salariée qui se bat pour sa compagnie…

Oui, il y a la violence physique, et il y a celle qui ne peut pas faire le buzz parce qu’elle ne se résume pas à des chemises déchirées…

 

 



Retrouvez la prairie sur fb/ThePrairie.fr et @ThePrairieFr



N’hésitez pas à partager l’article avec les boutons ci-dessous

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on LinkedIn